Notre technologie, qui transforme un passif en actif, rend la remédiation rentable pour le propriétaire des déchets, changeant ainsi de façon importante le processus décisionnel.

Actuellement, on se débarrasse généralement de ces déchets en les entreposant de manière contrôlée. La remédiation est également possible, mais cette avenue est surtout imposée par la législation ou encore des incitatifs économiques parfois temporaires, ce qui crée de l’incertitude. Cette incertitude – ainsi que les conséquences économiques négatives émanant habituellement d’une remédiation dictée par la législation – a créé une résistance importante quant à l’adoption des technologies « propres » ou de remédiation.

Notre technologie, qui transforme un passif en actif, rend la remédiation rentable pour le propriétaire des déchets, changeant ainsi de façon importante le processus décisionnel.

Selon le type de déchets utilisés, Orbite prévoit produire de l’alumine, des terres rares et des métaux rares, ainsi que d’autres matières de valeur. Au début, nous nous concentrerons sur l’utilisation de boues rouges et de cendres volantes comme matières premières.

Les boues rouges sont les résidus des méthodes traditionnelles de production d’alumine au moyen du procédé Bayer. Ce procédé est resté essentiellement le même depuis son invention dans les années 1880. Les boues rouges sont une substance hautement caustique qui contient des quantités importantes d’alumine ainsi que d’autres éléments de grande valeur tels que le titane, les terres rares et les métaux rares. Le potentiel pour Orbite dans ce secteur est considérable. Environ trois milliards de tonnes de boues rouges sont actuellement entreposées dans des bassins un peu partout dans le monde, et il n’existe aucune façon viable de réutiliser cette substance. L’utilisation de la méthode Bayer continue d’en produire 120 millions de tonnes supplémentaires chaque année.

 

Les cendres volantes représentent les résidus de combustion des centrales thermiques au charbon; tout comme les boues rouges, elles contiennent des quantités importantes de matières de valeur. Elles sont aussi produites en grande quantité – quelque 500 à 600 millions de tonnes annuellement – dont moins de la moitié est réutilisée, principalement dans des applications à faible valeur ajoutée comme la construction de routes ou les matériaux de remplissage.

 

Il existe également d’autres occasions d’affaires, comme la monétisation des déchets miniers. Par exemple, l’extraction de chrysotile a produit de grandes quantités de serpentine, dont plusieurs centaines de millions de tonnes se trouvent au Québec. Ces résidus contiennent du magnésium et d’autres matières de valeur; ils peuvent également être utilisés comme matière première dans le procédé d’Orbite.

 

Pourquoi la monétisation des déchets?

La monétisation des déchets présente plusieurs avantages stratégiques :

  • Les matières premières sont abondantes et faciles à obtenir.
  • Les matières premières présentent une valeur considérable, car elles contiennent de l’alumine, du titane, des terres rares, des métaux rares, et, selon la matière utilisée, d’autres éléments de valeur.
  • Il n’est pas nécessaire de développer une exploitation minière pour extraire les matières premières.
  • Les déchets (les matières premières) se trouvent généralement dans des zones industrielles ou tout près, donc à proximité d’infrastructures de transport, d’électricité et d’autres services publics.
  • Ces matières premières représentent un passif pour leurs propriétaires actuels, qui ont ainsi un incitatif pour travailler avec Orbite.

Stratégie de monétisation des déchets

Pour exploiter l’immense potentiel de la monétisation des déchets, nous avons l’intention de collaborer avec des partenaires à l’échelle internationale. Nous sommes présentement en discussion avec divers partenaires et travaillons à formaliser notre collaboration de façon à assurer un déploiement industriel le plus rapidement possible.

Ce déploiement s’échelonnera sur plusieurs phases :

01

Une fois que l’usine de production d’alumine de haute pureté (HPA) aura été convertie au procédé à base de chlorure, la section consacrée à l’extraction servira d’usine de démonstration à l’échelle industrielle pour le traitement des boues rouges, des cendres volantes et d’autres déchets.

 
02

Par la suite, Orbite a l’intention de construire, avec un partenaire, un prototype commercial qui traitera entre 100 000 et 200 000 tonnes de boues rouges ou de cendres volantes par année. Nous pourrons ainsi acquérir les connaissances nécessaires à la réalisation d’une première usine à l’échelle commerciale pouvant traiter entre 500 000 et 1 000 000 tonnes de résidus par année.

 
03

Une fois que la technologie sera éprouvée et mise en oeuvre à l’échelle commerciale, Orbite a l’intention de vendre des licences d’exploitation de sa technologie à des partenaires ou encore à des propriétaires ou des exploitants de déchets partout dans le monde, ce qui augmenterait ses revenus et diminuerait les risques associés à l’expansion.

 

Développement durable

La technologie révolutionnaire d’Orbite extrait tous les éléments de valeur des déchets industriels, ne laissant qu’une faible proportion de résidus, sous forme inerte

plus de détails >

Stratégie

Notre stratégie vise l’atteinte d’une production à l’échelle commerciale le plus rapidement possible pour nos trois secteurs d’activité.

plus de détails >