La technologie révolutionnaire d’Orbite extrait tous les éléments de valeur des déchets industriels, ne laissant qu’une faible proportion de résidus, sous forme inerte

Grâce à son projet de monétisation des déchets, Orbite est d’avis que sa technologie jouera un rôle clé dans le règlement de plusieurs problèmes environnementaux de taille :

Les boues rouges

Les boues rouges sont un sous-produit caustique du procédé Bayer, la principale méthode de production d’alumine à partir de la bauxite. Ce procédé n’a pratiquement pas changé depuis son apparition dans les années 1880. Environ trois milliards de tonnes de boues rouges sont actuellement entreposées un peu partout dans le monde, généralement dans des bassins à ciel ouvert. En outre, bien qu’il n’existe aucune façon viable de les réutiliser, il s’en produit 120 millions de tonnes supplémentaires chaque année. Les boues rouges peuvent contenir jusqu’à 25 % d’alumine ainsi que d’autres éléments de valeur, tels le scandium, le gallium, le titane, l’hématite et les terres rares. À l’heure actuelle, tous ces composants de valeur sont jetés.

 

Les cendres volantes

Les cendres volantes sont les résidus de combustion des centrales thermiques au charbon. Tout comme les boues rouges, elles contiennent des quantités importantes d’alumine (jusqu’à 35 %), ainsi que d’autres matières de valeur. Selon le Clean Coal Centre de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), il existe à l’échelle mondiale 7 000 centrales thermiques au charbon réparties sur plus 2 300 sites, dont environ 620 sont situés en Chine. On estime que de 40 à 50 % des sous-produits issus de la combustion du charbon sont réutilisés, principalement dans des applications à faible valeur ajoutée, le reste étant envoyé aux piles de stockage. Les cendres volantes renferment de l’alumine, de la silice, du fer, des métaux rares et d’autres éléments de valeur; toutefois, aucune technologie viable n’existe à ce jour pour les traiter.

Orbite estime qu’il se produit annuellement entre 495 et 650 millions de tonnes de cendres volantes. Selon l’Association mondiale du charbon, cette quantité pourrait augmenter de 50 % d’ici 2030.

 

Résidus miniers

Les résidus miniers peuvent contenir des quantités importantes d’éléments de valeur. L’extraction de la serpentinite en offre un bon exemple, car elle produit des résidus riches en magnésium et en autres matières de valeur. À l’heure actuelle, ces ressources ne sont pas exploitées.

 

Amélioration potentielle de l’empreinte environnementale de tout un secteur

Le procédé d’Orbite permet de produire de l’alumine métallurgique – la matière première servant à la production d’aluminium – à partir de boues rouges, de cendres volantes et d’autres effluents. Il permet également d’en produire à partir de matières premières atypiques pour lesquelles il n’existe actuellement aucune technologie qui soit tant viable économiquement qu’acceptable sur le plan environnemental. Contrairement au procédé Bayer, celui d’Orbite ne produit pas de boues rouges. En outre, nous estimons que notre procédé consommera moins d’électricité, ce qui réduira encore davantage son empreinte environnementale. À plus long terme, nous pensons que l’ensemble du secteur de l’alumine pourrait adopter notre procédé, ce qui contribuerait grandement à améliorer la performance environnementale de cette industrie.

 

Monétisation des déchets

Nous transformons un passif en un actif. Le procédé rend la remédiation rentable pour les propriétaires de déchets.

Plus de détails >

Produits de spécialité

Résolution des problèmes d’approvisionnement. Le procédé d’Orbite permet la production de produits de haute pureté utilisés dans des applications haut-de-gamme.

Plus de détails >